Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaire après le café philo;

L'indignation serait-elle le prolongement naturel de l'égoïsme ?

 

Paragraphe 26 de Par delà le bien et le mal.

26.

 

Tout homme d'élite aspire instinctivement à sa tour d'ivoire, à sa réclusion mystérieuse, où il est délivré de la masse, du vulgaire, du grand nombre, où il peut oublier la règle « homme », étant lui-même une exception à cette règle. À moins du cas particulier où, obéissant à un instinct plus virulent encore, il va droit à cette règle, étant lui-même le Connaisseur, au sens grand et exceptionnel du mot. Celui qui, dans la société des hommes, n'a pas parcouru toutes les couleurs de la misère, passant tour à tour à l'aversion et au dégoût, à la compassion, à la tristesse et à l'isolement, celui-là n'est certainement pas un homme de goût supérieur. Mais, pour peu qu'il ne se charge pas volontairement de ce fardeau de déplaisir, qu'il essaie de lui échapper sans cesse et de rester caché, silencieux et fier, dans sa tour d'ivoire, une chose sera certaine : il n'est pas fait pour la connaissance, il n'y est pas prédestiné. Car si c'était le cas, il devrait se dire un jour : « Au diable mon bon goût ! La règle est plus intéressante que l'exception, plus intéressante que moi qui suis l'exception! » Et, ce disant, il descendrait au milieu de la multitude. L'étude de l'homme moyen, l'étude prolongée et minutieuse avec le déguisement, la victoire sur soi-même, l'abnégation et les mauvaises fréquentations qui y sont nécessaires - toutes les fréquentations sont de mauvaises fréquentations, à moins que l'on s'en tienne à ses pairs - c'est là une partie nécessaire de la vie de tout philosophe, peut-être la partie la plus désagréable, la plus nauséabonde et la plus féconde en déceptions. Mais si le philosophe a de la chance, comme il convient à tout enfant chéri de la connaissance, il rencontrera des auxiliaires qui abrégeront et allégeront sa tâche, j'entends de ceux que l'on appelle les cyniques, de ceux qui reconnaissent simplement en eux la bête, la vulgarité, la « règle » et qui, de plus, possèdent encore assez d'esprit pour être poussés par une sorte d'aiguillon, à parler, devant témoins, d'eux-mêmes et de leurs semblables. Il leur arrive même de s'étaler dans des livres, comme dans leur propre fumier. Le cynisme est la seule forme sous laquelle les âmes basses frisent ce que l'on appelle la sincérité. Et l'homme supérieur doit ouvrir l'oreille devant toutes les nuances du cynisme, et s'estimer heureux chaque fois que viennent à ses oreilles les bouffonneries sans pudeur ou les écarts scientifiques du satyre. Il y a même des cas où l'enchantement se mêle au dégoût, par exemple quand, par un caprice de la nature, le génie se trouve départi à un de ces boucs, à un de ces singes indiscrets, comme ce fut le cas chez l'abbé Galiani, l'homme le plus profond, le plus pénétrant et peut-être aussi le plus malpropre de son siècle, - il était beaucoup plus profond que Voltaire et, par conséquent, beaucoup plus silencieux. Cependant, il arrive plus souvent, comme je l'ai indiqué, que le cerveau d'un savant appartienne à un corps de singe, qu'une intelligence subtile et exceptionnelle soit départie à une âme vulgaire. Le cas n'est pas rare chez les médecins et les moralistes physiologistes. Partout où il y a quelqu'un qui parle de l'homme, sans amertume mais avec une sorte de candeur, comme d'un ventre doué de deux sortes de besoins et d'une tête n'en ayant qu'un seul ; quelqu'un qui ne voit, ne cherche et ne veut voir que la faim, l'instinct sexuel et la vanité, comme si c'étaient là les ressorts essentiels et uniques des actions humaines ; bref, partout où l'on parle mal de l'homme - et cela sans vouloir être méchant - l'amateur de la connaissance doit écouter attentivement et avec soin ; ses oreilles doivent être partout où l'on parle sans indignation, car l'homme indigné, celui qui se lacère la chair de ses propres dents (ou, à défaut de lui-même, Dieu, l'univers, la société), celui-là peut être placé plus haut, au point de vue moral, que le satyre riant et content de lui-même ; sous tous les autres rapports il sera le cas plus ordinaire, plus quelconque et moins instructif. D'ailleurs, personne ne ment autant que l'homme indigné. -

Nietzsche.

Partager cet article

Repost 0