Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jamais

Jamais; adverbe résulte de la soudure au XIIIe siècle de ja-mais formé avec les anciens adverbe ja (déjà) et mais « plus .»

Le mot a pris ses sens actuels dès l’ancien français entre le Xe et XIIIe siècle, d’abord pour indiquer une négation par rapport au temps  puis également, dans un sens positif, pour indiquer une action à venir, une éventualité. En ancien français, « ne…ja » et « ne …jamais » ne s’employaient que par rapport à l’avenir, tandis que pour le passé, on se servait de « ne…onques" du latin unquam. C’est seulement à partir du XIVe siècle que ce dernier a décliné face à « ne … jamais ». Du XIe au XIIIe siècle l’usage distinguait « ne…ja » et « ne …jamais », le second ayant un sens de « ne …plus jamais » conformément à l’étymologie. Depuis « ne …ja » a disparu au profit de « ne … jamais », auquel il a fallu ajouter « plus » pour rendre l’idée dont il avait été l’expression. Ainsi s’explique la tautologie de l’élément -mais qui signifie étymologiquement « plus » et « plus » dans « ne plus jamais. »

 

Aujourd’hui, sans négation, « jamais » indique un temps quelconque, dans le passé ou le futur :

Si jamais je te revois. Pire que jamais.

Avec la négation « ne », indique la continuité dans l'absence, l'inexistence ; en aucun temps :

Elle n'en a jamais rien su ;

sans ne, dans les réponses, avec un adjectif ou une coordination :

Fais-le maintenant ou jamais. Des leçons jamais sues.

 

Difficultés d’ emploi
Dans un sens négatif ( à aucun moment, en aucun temps).

En corrélation avec ne ou sans : je n’ai jamais vu cela ; on n’est jamais trop prudent ; il parle sans jamais élever la voix, sans jamais qu’on lui coupe la parole.

Avec ellipse de ne : j’ai jamais vu ça Ellipse habituelle dans l’expression orale relâchée.
Dans l’expression soignée, l’ellipse de ne n’est admise que dans trois cas : dans les oppositions (c’est le moment ou jamais ; mieux vaut tard que jamais ; elle s’habille de manière originale, jamais excentrique) ; dans les réponses ou les exclamations (jamais de sucre pour moi, merci ; « irez-vous la voir ? - jamais ! ») ; avant un adjectif épithète (jamais content, toujours courageux, voilà le grognard de Bonaparte).
Dans un sens positif (= à un moment quelconque, un jour) : l’avez-vous jamais entendu chanter ? ; si jamais vous repassez par ici ; elle est plus déterminée que jamais (= plus qu’à tout autre moment auparavant).

À jamais, à tout jamais, pour jamais = pour toujours.

En grec.

ποτέ, poté

1 Jamais.

2 Jamais, à quelqu’instant.

 

1 Il était une fois, il y a quelque temps.

πάλαι ποτέ, il était une fois

2 Toujours.

ὅστις ποτέ

3 Lá, à ce moment, de ce point.

ποτὲ μέν … ποτὲ δέ, d’un côté, de l’autre.

Pense-t-on jamais seul?

Pense-t-on tout seul ?

Peut-on penser par soi même?

Peut-on apprendre à penser?
Qu'est-ce que penser?

L’interrogation posée est;

 

Pense-t-on jamais seul?

 

Si penser est une activité comment définir ce qui se réalise, comment définir un mouvement sans l'immobiliser, sans parler d'autre chose que de lui, de la trace qu'il a laissée, de sa fin ou de son produit? Comment décrire un acte?

Partager cet article

Repost0